Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Des nouvelles de… Christophe Rizoud

Le 16cc prend des nouvelles des habitants, des commerçants et des entrepreneurs de l’arrondissement.

Aujourd’hui, Christophe Rizoud, président de Forum Opéra, le magazine du monde lyrique, et auteur du livre 100 maux de l’Opéra, raconte son confinement.

Où es-tu ?
Au cœur du village de Passy et à l’heure où j’écris – 20h – sur mon balcon avec mes voisins, pour applaudir les soignants et tous nos héros du quotidien.

Comment occupes-tu tes journées ?
J’écris sur l’art lyrique, ni plus, ni moins qu’avant car paradoxalement, le confinement ne m’offre pas plus de temps d’écriture. Ce que je gagne d’un côté, je le dépense en travaux domestiques, en conversations téléphoniques, en e-apéro et autres nouveaux modes d’occupation et de communication engendrés par ce contexte exceptionnel. J’ai en projet un livre sur les lieux de l’opéra. Le manuscrit doit être rendu fin janvier 2021. La situation peut donc se prolonger, j’ai de quoi m’occuper !

Ce que tu ne faisais pas avant (ou peu) et que tu fais à présent ?
Je regarde tous les soirs un opéra en streaming, à défaut de hanter les salles de spectacle. De nombreux théâtres lyriques, fermés par la force des choses, proposent actuellement des retransmissions gratuites d’opéra sur le Web. Evidemment, cela ne remplace pas le direct mais faute de grives… Il y en a pour tous les goûts, quel que soit son niveau d’initiation, du plus populaire (Carmen, Traviata) au plus exclusif (connaissez-vous Ermione de Rossini, un chef d’œuvre rarement représenté de nos jours car trop difficile à chanter !). Si l’expérience vous tente, j’ai listé tous les titres proposés (plus d’une cinquantaine) dans un blog que je mets régulièrement à jour.

Ton regard sur le confinement ?
Le négatif : la solitude, l’obligation d’affronter seul et à distance imposée des épreuves aussi douloureuses que la maladie, ou pire la mort d’un proche.

Le positif : apprendre à vivre au présent, une des clés du bonheur. Il est impossible aujourd’hui de tourner son regard vers le futur. Nul ne sait comment la situation évoluera. La solidarité, aussi. Nous avons mis en place dans mon immeuble un groupe WhatsApp pour échanger, partager des bons plans ou nous donner un coup de main. Il a fallu le covid-19 pour que cette communauté naisse spontanément. A quelque chose, malheur est toujours bon.

La première chose que tu feras en « sortant » ?
J’irai à l’opéra m’offrir en direct une de ces bouffées de rêve et d’émotion que l’art lyrique dispense plus que n’importe quelle autre forme de spectacle vivant.

Ton état d’esprit face à l’avenir ?
La confiance que me donne la chance d’avoir la foi chevillée au corps. Je crois, et cette seule affirmation est porteuse d’espoir.


Lancement des Packs Cityguide

Les packs comprenant le cityguide et le totebag ou le...

L’hôtel caché du Ranelagh

Au croisement de la Rue du Ranelagh et de l’avenue...

Petite Mutinerie dans le Bois !

Où déguster des crevettes Panko et un sorbet pastèque-pastis au...

La bourge du XVI envoie tout valdinguer !

L'artiste Emma Lacour a choisi comme nom de scène "La...