Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Des nouvelles de… Emmanuel Sauvage

Emmanuel Sauvage est co-Fondateur et Directeur Général du groupe français Evok Hôtels Collection qui réunit six établissements aux univers différents, dont quatre hôtels parisiens conjuguant luxe, design et vie de quartier : le Nolinski, le Sinner, la Cour des Vosges, et bien sûr, le Brach, au 1-7 rue Jean Richepin à La Muette.   

Il nous raconte sa vie de confiné.

Où es-tu ?
Je vis Rue de la Tour, à quelques pas de l’un de nos hôtels, Le Brach.

Comment occupes-tu tes journées ?
Etant donné que je fréquente beaucoup de monde, j’ai commencé le confinement par le Covid19 ! Les trois premières semaines ont rimé avec maladie, repos et confinement total. Encore un grand merci à tous ceux qui ont fait les courses… Depuis mon rétablissement, je bosse non-stop et reste en contact avec les équipes car, parfois, nos collaborateurs sont seuls et peuvent mal vivre le confinement. J’ai d’abord travaillé sur la pérennité du groupe et à présent, je prépare la ré-ouverture, les organisations futures… Je fais de très nombreuses réunions par visio tous les jours. Je suis également co-président de la branche prestige du premier groupement français des cafés, hôtels et restaurants pour Paris et Ile de France. J’ai donc beaucoup de sujets à traiter pour accompagner les adhérents.

En parallèle, je me rends très souvent au Brach. C’est une drogue cet hôtel ! On ne peut s’en passer tellement on y est bien. Mais là, votre Brach est triste et du coup, nous mettons tout en oeuvre pour vous y retrouver très vite.

Ce que tu ne faisais pas avant (ou peu) et que tu fais à présent ?
Je profite de mon appartement. Je n’y habite que depuis l’ouverture du Brach, donc je n’en n’ai jamais réellement profité. J’ai la chance de vivre en étage élevé et d’avoir une terrasse. J’y passe le plus de temps possible, c’est tellement agréable la nature. J’en ai profité pour tout ranger, réaménager.

Ton regard sur le confinement ?
Le positif : je me suis posé. Je passe plus du temps avec mon conjoint ; nous ne sommes jamais autant vus ! Et tout va bien, donc c’est plutôt bon signe. Je suis une personne très très énergique mais pas sportive ; je ne fais donc pas de  sport. Le confinement, et plus exactement cette situation, nous oblige à corriger, modifier, réfléchir à tous nos modèles et à nous adapter. Plus de routine, quoi que je n’en ai jamais eue !

Le point négatif : j’adore faire les boutiques, acheter, mais je déteste acheter sur internet. Je suis également inquiet sur les conséquences économiques de ce confinement. Elles vont être tragiques pour bon nombre de salariés et d’entreprises. Cela va être très dur après avoir essuyé une année de gilets jaunes et de grèves…

La première chose que tu feras lorsque le confinement sera levé ?
Je retournerai dans tous nos établissements et serai aux côtés de nos équipes qui reprendront et remettrons tout en place pour accueillir nos clients dans les meilleures conditions, dès que possible. Et je ferai du shopping ! Je rattraperai le temps perdu par plaisir mais aussi pour soutenir toutes nos boutiques, tous nos restaurants. Il faudra absolument les soutenir pour qu’ils se relèvent ; les commerces sont l’âme de nos quartiers, de nos villes, je prends donc cela pour un devoir.

Ton état d’esprit face à l’avenir ?
Je suis toujours positif tout en étant réaliste. Il ne faut pas se laisser abattre mais lutter et se réinventer. Grâce aux aides de l’état sur l’activité partielle, nous pourrons nous adapter plus facilement. Sans cela, le chômage aurait été massif. Donc, je ne pense qu’à l’avenir et je resterai toujours positif. Je serai au combat, et encore plus combatif que jamais, accompagné de mes équipes extraordinaires. Car c’est ensemble que nous vivrons plus forts.

Crédit photo : Shehan_Hanwellage


Lancement des Packs Cityguide

Les packs comprenant le cityguide et le totebag ou le...

L’hôtel caché du Ranelagh

Au croisement de la Rue du Ranelagh et de l’avenue...

Petite Mutinerie dans le Bois !

Où déguster des crevettes Panko et un sorbet pastèque-pastis au...

La bourge du XVI envoie tout valdinguer !

L'artiste Emma Lacour a choisi comme nom de scène "La...