Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Des nouvelles de… Frédérique Veysset

Frédérique Veysset, photographe de mode et de célébrités, travaille pour les plus grands magazines internationaux. Elle habite à Passy depuis toujours, dans un immeuble où vit aussi sa maman.

Que fait-elle durant ce confinement ?

Où es-tu ?
A Paris, dans mon appartement qui, par chance, donne sur un grand jardin.

Comment occupes-tu tes journées ?
Cet espace-temps que nous offre le confinement change assez peu ma vie ; à part que je n’ai plus, bien sûr, de séances photos. Je lis, je fais beaucoup la cuisine, je rêvasse, je regarde des films sur MUBI, je m’occupe de maman qui vit dans le même immeuble.

Nous avons deux rendez-vous quotidien : un à 11h30, pour cuisiner et déjeuner ensemble et un à 17h; elle vient alors me voir et me raconte son enfance à Madagascar où son père était en poste jusqu’en 1945. Je note précieusement ce récit et plus elle me raconte, plus ses souvenirs reviennent et se précisent. Nous nous sommes également lancées ensemble dans un gigantesque Puzzle de 500 pièces. Et je vais peut-être me remettre à mon quilt…

Ce que tu ne faisais pas avant (ou peu) et que tu fais à présent ?
J’organise la livraison pour quelques voisins de bons produits de la Bergerie du Mesnil. Leur poulet bio est une merveille !

Ton regard sur le confinement ?
Je suis assez mitigée sur ce moyen assez moyenâgeux de contraindre le coronavirus. Notre seul regard sur ce fléau est celui des médecins qui ne voient que des morts à longueur de journée, et qui ont donc un point de vue très alarmistes sur cette épidémie. Je comprends bien qu’elle soit dangereuse et mortelle mais lorsque nous comparons les chiffres d’autres fléaux (cigarettes, malbouffe, pesticides…), je me demande pourquoi nous combattons si peu les morts causées par le sucre par exemple (un mort toute les 6 secondes dans le monde) ? Est-ce parce qu’on les voit moins et qu’ils ne submergent pas les urgences ? Je m’interroge aussi sur les conséquences de cet arrêt mondial. Et si les conséquences du remède étaient pires que le mal ? Quelles vont être les conséquences morales, psychologiques, sanitaires des faillites, de la perte d’emploi, du stress causés pas les angoisses du chômage ? Si on pouvait m’expliquer aussi pourquoi les librairies sont fermées. Comme si les libraires étaient en temps normal débordés par une clientèle hystérique, se ruant sur le dernier Tatiana de Rosnay comme un confiné sur un rouleau de PQ et incapables d’observer des consignes de prudence !

La première chose que tu feras lorsque le confinement sera levé ?
J’irai m’acheter des livres et prendre un café en terrasse avec une amie…

Ton état d’esprit face à l’avenir ?
Curieuse. Je suis très curieuse de voir le résultat de cette bulle de non-consommation frénétique dans nos vies. Va-t-on enfin assister au retour du made in France ? Les gens vont-ils enfin comprendre que si une chemise fabriquée au bout du monde ne coûte que 20 euros, c’est qu’il y a une raison pas très reluisante derrière ce prix si anormalement bas, que si un kilo de tomates ne coûte que 1,40 euros, c’est parce qu’elles viennent d’Espagne ou d’autres pays où les ouvriers qui la récoltent sont sous-payés. On verra…


Lancement des Packs Cityguide

Les packs comprenant le cityguide et le totebag ou le...

L’hôtel caché du Ranelagh

Au croisement de la Rue du Ranelagh et de l’avenue...

Petite Mutinerie dans le Bois !

Où déguster des crevettes Panko et un sorbet pastèque-pastis au...

La bourge du XVI envoie tout valdinguer !

L'artiste Emma Lacour a choisi comme nom de scène "La...