Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Des nouvelles de… Karin Nebot

Karin Nebot est la directrice générale de la maison Kaviari, spécialiste du caviar et des produits de la mer.

Comment occupe-t-elle ses journées de confinée ? Elle nous répond dans une interview croisée avec ses fils Benjamin (11 ans, élève à Janson de Sailly) et Jérémy (13 ans, élève au Lycée Molière).

Où es-tu ?
J’habite à la Muette mais je suis confinée avec mes deux garçons de 11 ans (Benjamin) et 13 ans (Jeremy) à la campagne, en Bourgogne, dans la maison de famille avec mon frère et sa famille (sa femme Alice et ses 2 enfants de 15 ans et 20 ans). Cela fait 7 personnes au total.  Ah j’oubliais… nous avons aussi 2 chiennes, Olly et Charly !

Au début (les 4 premières semaines), je suis restée non-stop à la campagne en organisant mon travail de loin, mais maintenant, je reviens 2 à 3 jours par semaine à Paris. Nous gérons en direct un réseau de boutiques sur Paris, dont notre premier delikatessen rue des Martyrs, ouvert en décembre dernier.

Comment occupes-tu tes journées ?
Elles sont très (trop) chargées, à mon grand désespoir. Je suis partie avec 15 bouquins à la campagne en espérant pouvoir rattraper mon retard de lecture. Finalement, j’ai été très vite rattrapée par le quotidien des tâches ménagères, la préparation des repas, le rôle de professeur d’école et le télétravail. Depuis le début du confinement, je suis toujours en train de lire Corps et Ame de Frank Conroy. Exceptionnel ! (Je tiens quand même à signaler qu’il fait 700 pages :-))

Benjamin : le matin, je dors tard, je prends mon petit déjeuner, je débarrasse, je lis. Ensuite, on commence à préparer le déjeuner. L’après-midi, avec ma dérogation, je me promène en vélo avec ma chienne, ensuite, je fais un peu de sport avec mon frère (des exercices que mon papa nous a dit de faire). Je me douche, j’ai une petite heure pour moi où je me connecte avec mes amis. Puis, à 19h, c’est l’heure de la préparation du dîner ! Tout le monde s’y met. Et après le dîner, on regarde des films avec ma mère où là, chacun choisit à tour de rôle son film. Moi, j’ai choisi toute la série des Miyazaki.

Jérémy : grosso modo, nous avons la même organisation. Pendant l’école virtuelle, je travaille avec une copine toute la matinée en Face Time, c’est plus sympathique et motivant. Je fais aussi du jardinage, de la poterie et je passe la serpillière ! Mon petit moment à moi, c’est pareil le soir entre 18h et 19h. Et j’ai eu le temps de construire un bateau sur mon ordinateur grâce au logiciel Storm Works.

Ce que tu ne faisais pas avant (ou peu) et que tu fais à présent?
Pour ma part, je cuisine beaucoup plus. Au départ, j’avais envie de faire toutes les recettes des chefs sur Instagram ! Bon, on en a fait quand même pas mal : lasagne de Couteanceau, riz au lait de Stéphanie Le Quellec, le risotto aux asperges de Stephane Buron, les cookies de Juan Arbelaez. Avec ma belle-sœur, d’origine Taiwanaise, et qui cuisine beaucoup, on faisait de vrais repas midi et soir. Maintenant, nous ne cuisinons que le soir et le midi, on mange les restes ou on se fait des toasts avocat œufs de saumon (Kaviari !). Nous avons aussi appris un nouveau mot : la procrastination. On remet à demain ce que l’on pourrait faire le jour même, en se disant que l’on a tout le temps, avec le confinement…

Benjamin : je cuisine beaucoup plus aussi. Ma grand-mère paternel nous a fait un livre de recettes et on a presque toutes réalisées : le boulou au chocolat, le gâteau au petit beurre, la pizza maison, la sauce au pistou….

Jeremy : idem, on passe beaucoup de temps en cuisine. Chez nous, tout est fait maison, y compris les pâtes ! Sinon je lis aussi beaucoup plus qu’avant : j’ai eu le temps de lire Au Bonheur des Dames d’Emile Zola.

Ton regard sur le confinement ?
Je passe de vrais moments avec mes garçons. Et j’en ai conscience. Ce matin, on s’est allongé tous les trois sur l’herbe en écoutant de la musique… un vrai bonheur ! On apprend à vivre en cohabitation avec toute la famille de mon frère. Tout le monde a pris ses habitudes, y compris nos chiennes (qui passent leurs meilleures vacances !) et c’est plutôt pas mal cette vie en tribu !

Jeremy : je lis plus que d’habitude, je passe plus de temps avec ma famille. Je prends aussi du temps pour moi. Par contre, les journées commencent à être répétitives et on voit toujours les mêmes personnes ! On a l’impression de vivre le film « un jour sans fin ».

Benjamin : moi, je peux dormir plus, lire plus, cuisiner plus et je vois plus ma maman (le fayot). Par contre, mon papa me manque ainsi que mes grands-parents !

La première chose que tu feras lorsque le confinement sera levé ?
J’irai nager ! Et chez le coiffeur.

Jeremy et Benjamin : On retournera enfin à l’école !

Ton état d’esprit face à l’avenir ?
Franchement, pas très optimiste. Je trouve que la gestion de cette crise est complètement démesurée et je suis assez d’accord avec le philosophe André Comte Sponville pour qui la santé ne doit pas être une valeur mais un bien. On meurt beaucoup plus aujourd’hui du cancer et demain du réchauffement climatique ! Je ne crois pas que les gens changeront leurs habitudes après le confinement. Alors que l’évidence est devant nos yeux : si on diminue nos activités, la Terre respire mieux ! J’aimerais tellement que cette crise soit le début d’une nouvelle ère verte, plus éthique et responsable mais j’en doute.

Jeremy : pareil… Je pense que l’on va reprendre nos veilles habitudes. Nous sommes en train de vivre une leçon et je crois que les gens vont continuer à faire les mêmes conneries.


La bourge du XVI envoie tout valdinguer !

L'artiste Emma Lacour a choisi comme nom de scène "La...

Des nouvelles de… Charlotte Schneider

Charlotte est la créatrice de Mobilisation Générale. Dans son atelier...

Des nouvelles de… Frédérique Veysset

Frédérique Veysset, photographe de mode et de célébrités, travaille pour...

Des nouvelles de… Emmanuel Sauvage

Emmanuel Sauvage est co-Fondateur et Directeur Général du groupe français...