Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Des nouvelles de… Mathilde Simon

Mathilde Simon est la créatrice de la marque de bijoux Mathilde Ma Muse. Quelques jours avant le confinement, sa boutique-atelier située rue Lauriston a été cambriolée.

Passé le choc de ne plus avoir ni bijoux ni matières premières, elle nous raconte sa vie de confinée, et la nouvelle page de sa petite entreprise qu’elle s’apprête à écrire.

Où es-tu ?
Je suis confinée chez moi, rue Osvaldo Cruz, dans le quartier du Ranelagh.

Comment occupes-tu tes journées ?
Je fais des webinaires (séminaires via le web) pour le référencement de mon site internet, sur instagram et sur pinterest. Je profite de ce moment pour apprendre. Je fais du sport en ligne, je lis, je range ma maison, je fais du ménage, du repassage et de la cuisine avec le sourire et profite de l’instant présent. Je retrouve le plaisir des petites choses.

Ce que tu ne faisais pas avant (ou peu) et que tu fais à présent ?
Avant, j’étais concentrée sur ma boutique et ne trouvais pas le temps de m’occuper des réseaux sociaux. Je ne prenais pas non plus le temps de cuisiner, de m’occuper de ma maison, de prier, et de me rendre compte à quel point la vie est belle. J’adore mes nouveaux rendez vous avec mes copines, ma famille sur House Party. C’est aussi l’occasion de reprendre contact avec les gens que j’aime.

Ton regard sur le confinement ?
Je reste chez moi mais j’éprouve beaucoup de colère quand je vois les gens ne pas respecter les consignes gouvernementales, quand mon banquier ne me répond pas, quand la police fait de l’abus de pouvoir à en faire pleurer les veilles dames, quand des gens organisent des pique-niques, se reçoivent chez eux ou jettent leurs déchets n’importe où dans les rues…

La première chose que tu feras après le déconfinement ? 
J’irai travailler pour répondre à toutes les demandes de mes clientes qui sont inquiètes pour ma boutique, située rue Lauriston.  Celle-ci a été cambriolée à la veille du confinement… Je n’ai plus rien : ni bijoux, ni matière première, mais j’ai une page blanche à écrire ! J’irai donc me retrousser les manches pour faire de nouvelles choses, produire à nouveau, sourire à la vie.

Ton état d’esprit face à l’avenir ? 
Je pense que les choses font être compliquées au niveau économique, mais les gens auront changé leur état d’esprit. Ils seront plus positifs. J’espère aussi que le commerce de proximité ne va pas être encore plus affecté, car avec le confinement, de nombreuses personnes ont pris l’habitude d’acheter sur internet.


Sir Winston version glam

L’ancien pub anglais Sir Winston (Churchill) a rouvert ses portes...

L’été sera Taishō !

L’équipe du restaurant étoilé Etude (situé rue du Bouquet de...

Des nouvelles de… Jeanne et Emma Villani

Les sœurs Villani, Jeanne et Emma, ont repris l’atelier de...

Les meilleurs burgers sont chez Birdy !

Après une première adresse dans le 7ème arrondissement, Birdy a...