Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Le Brandevin : un jour où l’autre on y vient !

La rue du Docteur Blanche est un village dans le Village d’Auteuil, un lieu à part où sont réunis des commerces de bouche remarquables, comme la boucherie-table d’hôtes Hugo Desnoyer, le charcutier traiteur MOF Pascal Joly ou encore le fromager Hermann, célèbre dans tout le canton pour sa tarte aux maroilles.

Au milieu de la rue se trouve aussi LE bar café restaurant du quartier : le Brandevin.

Ce bistrot typiquement parisien, avec ses banquettes en skaï, ses anciennes affiches de réclames, ses photos de joueurs de rugby ou du champion Brut Impérial (le cheval de course du propriétaire), est animé du matin au soir.

Cela commence dès 8h. Tandis que les habitants et les travailleurs boivent leur petit noir au comptoir, le chef installé sur un coin du zinc épluche les pommes de terre et les poires sous le regard ravi des clients. Ici, ils le savent et le voient par eux-mêmes : tout est fait maison, des terrines aux frites (les meilleures de Paris) en passant par les desserts, dont l’incontournable Poire Belle-Hélène !

L’affluence à l’heure du déjeuner en dit long sur la qualité de la cuisine. Dès 11h30, les habitués commencent à arriver afin d’être certains d’avoir une table. Le bar est à nouveau pris d’assaut, cette fois pour l’apéro de midi. Autre moment coutumier : tout le monde zyeute avec gourmandise le bahut sur lequel les cuistots posent les tartes et desserts du jour. Inutile de dire que ces plateaux alléchants qui vous narguent pendant tout le repas ne rendent pas raisonnable : au Brandevin, on finit toujours par prendre un dessert !

Pendant le service, c’est la folie. La salle du restaurant ne désemplit pas. On y mange quoi ? En entrée, Andouille de Troyes, Terrine de queue de bœuf, Filet de harengs doux pomme à l’huile… En plats de résistance, Blanquette de veau, Pot-au-feu (le mercredi), Confit de canard maison, Escalope de saumon à la crème d’oseille. Côté desserts, outre les fameuses tartes sur le bahut, il y a aussi la Mousse au chocolat, les Profiteroles et le Baba au rhum, chacun fait maison également.

Dans l’après-midi, le va-et-vient des clients continue, à l’heure du thé et surtout en fin de journée. La Brandevin, qui est aussi un bar à vin, devient alors le spot du quartier après le travail. Et en été, l’ambiance de la terrasse avec ses tables-barriques n’a rien à envier à celle des pubs anglais !

Le soir, rebelote. Les dîners s’éternisent joyeusement. Tout en ripaillant, on réalise soudain que l’atmosphère des bistrots parisiens d’antan est toujours là, bien vivante, dans des lieux volontairement cachés pour mieux les préserver.

Le Brandevin
29 Rue du Docteur Blanche
www.lebrandevin.fr

Photos : Cédric Helsly 


Profession : carnettiste

C'est quoi un carnettiste ? Un dessinateur spécialisé dans les...

3 food trucks pour manger sur le pouce

Où trouve-t-on des camions-cuisine dans le seizième ? La Fourgonnette au...

Brasserie « plein sud » sur l’hippodrome

Située au cœur de l’hippodrome de Longchamp, la Brasserie ParisLongchamp...

Sortie du 16Borough #2

Le magazine 16Borough N°2 sort le 5 juillet ! Au sommaire...