Balade par quartier : Auteuil La Muette Porte Dauphine Chaillot

Mayia Alleaume, la lumineuse

Make-up artiste de renommée internationale, Mayia Alleaume maquille de nombreuses célébrités, de Carla Bruni à Marion Cotillard. Après avoir vécu entre New York, Los Angeles et Paris, elle a (enfin) posé ses valises dans la capitale avec son mari et sa fille il y a deux ans, et a choisi Passy, un quartier paisible qui lui correspond. Rencontre avec cette jeune femme solaire au parcours singulier.

Mayia, d’où viens-tu ?
J’ai grandi au Pays Basque, au bord de la mer.

Tes premiers souvenirs de maquillage ?
Ma maman était mannequin et défilait pour des maisons de haute couture. A la fin des années 50, les modèles n’avaient pas de maquilleur attitré. Ma mère se maquillait toute seule et devait toujours être parfaite. Petite, je me levais plus tôt pour l’observer. J’étais fascinée par la précision de ses gestes, du brossage des cils au fard parfaitement apposé. Elle avait également une bonne hygiène de vie et créait des recettes beauté maison à base de plantes. Mon éducation a été nourrie par son sens de l’esthétique et son goût pour les soins et les remèdes naturels. Pour autant, je ne me suis pas lancée tout de suite dans le maquillage !

Quelles étaient tes passions ?
Le chant et la danse. Je suis entrée au Conservatoire pour devenir danseuse. Comme j’aimais aussi le dessin, j’ai passé le concours de l’Ecole des Beaux-arts de Bordeaux et j’ai été admise. Pendant plusieurs années, j’ai suivi des études artistiques en touchant différentes disciplines, de la peinture à la photo de mode. A 21 ans, j’ai alors fait une rencontre qui a changé ma vie. Un ami d’enfance travaillait dans un studio de photos à Paris. Il m’a téléphoné pour m’annoncer que Topolino allait réaliser des prises de vue pendant quelques jours. Il savait que j’étais fan de cet artiste incroyable qui a totalement réinventé l’art du maquillage avec des créations sur les corps et les visages mêlant peintures, plumes, pétales…

Et ni une ni deux, tu es montée à Paris !
Oui, le lendemain, j’étais là ! Topolino était comme je l’imaginais : brillant, perfectionniste, avenant ; un marseillais jovial et très attachant. Le feeling est immédiatement passé entre nous et, quelques mois plus tard, lorsque j’ai appris qu’il cherchait un assistant, j’ai postulé pour le plaisir de travailler à ses côtés. La suite ? Il m’a prise sous son aile et m’a formée. J’ai découvert un métier passionnant, à la fois créatif et extrêmement rigoureux. C’était magique. Grâce à lui, je voyageais à travers le monde, je participais au maquillage de dieux vivants, tels Mickael Jackson, j’inventais à mon tour des personnages et travaillais avec des artistes géniaux comme Jean Paul Goude. Je m’éveillais également à une autre forme d’art : révéler un visage sans le dénaturer en y apportant sa sensibilité et son imaginaire.

Au fil des années, tu es devenue une maquilleuse de renom. Comment expliques-tu ce succès?
En fait, tout est allé très vite. On a commencé à m’appeler pour des défilés, des campagnes de pub. Comme mon style plaisait, j’ai été de plus en plus sollicitée pour maquiller des personnalités sur des shooting de magazines, des red carpet (tapis rouges), des clips vidéos. C’est un petit milieu. Si tu es bon, on te repère rapidement.

Pour toi, quelle est la clé d’un bon maquillage ?
Elle réside dans une règle d’or : savoir valoriser les qualités d’un visage sans chercher à dissimuler ses aspérités. Car la beauté n’est pas lisse ! Ce sont ses petits défauts qui lui donnent tout son caractère en le rendant unique.

Après avoir vécu à Los Angeles, tu es revenue à Paris et tu t’es installée à Passy. Un changement radical…
Passy est un petit village très apaisant, surtout lorsque l’on a un métier trépidant. J’ai besoin de me ressourcer dans le calme, à la mer le plus souvent possible ou dans ce petit coin de Paris bucolique. J’adore me promener dans le quartier, déjeuner ou dîner aux Cocottes, rue Vineuse, l’un de mes restaurants préférés.

Tu as créé la marque de cosmétique Sentara Skincare. Peux-tu nous en parler ?
C’est une ligne de cosmétiques biologiques certifiés Ecocert que j’ai développée en collaboration avec un laboratoire à Lyon. Dans mon métier, je vois passer de nombreuses peaux ; des peaux parfois malmenées, fatiguées par les séances photos à répétition, agressées par des produits chimiques. Pour les protéger, j’ai commencé à imaginer et à réaliser des soins sur mesure, des textures qui massent, gainent, apaisent. Nous avons mis au point quatre soins : deux crèmes visage réparatrices, un serum repulpant et un baume contour des yeux et des lèvres. Chaque formule est composée de trois ingrédients: l’inca inchi, plante riche en oméga, l’açai, fruit ultravitaminé, et l’acide hyaluronique. Actuellement, je travaille sur la refonte du site internet et dévoilerai prochainement de nouveaux produits à base de cristaux notamment.

Des cristaux ?!
J’ai découvert le pouvoir énergétique des pierres aux Etats-Unis. Là-bas, la lithothérapie – une approche holistique basée sur l’influence des minéraux sur le bien-être – est très courante. En fonction de leur composition et de leur cristallisation, les minéraux déploient une énergie subtile qui agit sur notre corps et notre état émotionnel. En portant une ou plusieurs pierres sur soi, on peut rétablir une harmonie dans sa vie, dénouer ou faire face à des problèmes comme un stress récurrent, des troubles du sommeil, un manque de confiance en soi. J’ai appris à associer les minéraux pour profiter de leurs bienfaits. Comme on crée une formule en cosmétique, je crée aujourd’hui des associations sur-mesure pour les personnes qui en ont besoin afin qu’elles retrouvent sérénité, optimisme, vitalité. Je travaille également sur des produits associant soins et minéraux, tels le roller de beauté (un rouleau en pierre de jade ou d’une autre pierre minérale) ou les bouteilles d’eau remplies de cristaux.

Du coup, tu es un peu make up magicienne à présent…
Le maquillage, comme la coiffure et les soins esthétiques, contribue au bien-être. Parfois, il suffit d’une nouvelle coupe de cheveux pour se sentir revivre. Avec les minéraux, il faut être dans un état d’esprit ouvert, prêt à accueillir les changements. Vous les portez (vous n’avez rien à perdre) ; et qui sait si cela ne va pas transformer votre vie…

Le book de Mayia (Calliste Agency) : www.callisteagency.com


Buzy, la rockeuse revient avec un nouvel album

Cela fait plus de 30 ans que la chanteuse Buzy...

Où trouver le magazine 16Borough N°2 ?

Voici la liste des points de vente : Les Editions...

Le carnet d’Inès Lucas

Le carnet d'adresses d'Inès Lucas, décoratrice d'intérieur et créatrice de la...

Christophe Rizoud se rit (gentiment) de l’opéra

Christophe Rizoud, directeur de la rédaction de Forumopera.com, le magazine...